• MODÉLISATION & IMPRESSION 3D
  • Avec l’impression 3D donnez vie à toutes vos idées !

    De la figurine à la pièce technique, en passant par des objets funs ou encore des rangements, les possibilités ne sont limitées qu par votre imagination et vos compétences.

    Pour vous aider à prendre en main la technologie nouvelle et incontournable qu’est l’impression 3D, Kelle Fabrik vous propose des ateliers découvertes ainsi que des montées en compétences.

    Vous aurez ainsi la satisfaction de créer un objet de A à Z et le voir se former sous vos yeux.

    Dans le cas de l’impression 3D à filament, aussi appelée impression 3D « FDM », on fait fondre un fil à a plus de 200° C que l’on vient déposer à l’aide d’une buse.
    Après de multiples trajets horizontaux, une couche de filament fondue se forme.
    En répétant l’opération plusieurs centaines de fois, on obtient un grand nombre de couches horizontales, elles-mêmes fondue entre elles : c’est cet agglomérat de plastique qui forme l’objet fini.
    Le processus complet peut prendre de quelques minutes à plusieurs heures, en fonction de la taille de l’objet et de la précision souhaitée.

    Par exemple à Kelle Fabrik nous imprimons avec du PLA, un bioplastique obtenu à partir de maïs ou de canne à sucre.
    Mais nous pouvons également imprimer des filaments techniques comme l’ABS ou le PETG.
    La précision théorique d’une imprimante 3D FDM est de 0.01 mm, tandis qu’en pratique on oscille entre 0.05 mm et 0.2 mm ce qui est déjà pas mal !

    Le terme « impression 3D » regroupe l’ensemble des machines numériques permettant de créer un objet physique en ajoutant de multiples couches de matières.

    D’abord on crée un fichier 3D au moyen d’un logiciel de modélisation puis on le transforme en instructions machines via un type de logiciel appelé « slicer ». Il ne reste plus qu’à rentrer les instructions machines dans l’imprimante 3D.

    La zone la plus complexe d’une imprimante 3D s’appelle la tête, l’endroit où le filament est fondu et sort de la buse.
    Si le filament se ramollit avant d’arriver dans la tête, l’imprimante ne pourra plus pousser le filament dans la buse et l’impression 3D ratera.
    Afin d’éviter cela, la tête se compose d’une zone froide, le bloc de refroidissement (en bleu sur la photo) et d’une zone chaude, le bloc de chauffe (le cube en gris argent sur la photo).
    C’est sur le bloc de chauffe qui peut monter jusqu’à 300° C qu’est fixée la buse dont sort le filament (en doré sur la photo).
    Pour que la chaleur ne se propage que peu du bloc de chauffe au bloc de refroidissement, ceux-ci ne sont reliés que par un très fin tube d’acier : c’est la bien nommée barrière thermique.

    Réserver un imprimante 3D modélisation 3D impression 3D